Restauration d’une cariatide en bois sculpté et doré du XVIII ° siècle Italien

Restauration d’une cariatide en bois sculpté et doré du XVIII ° siècle Italien

Restauration d’une cariatide en bois sculpté et doré du XVIII° siècle Italien.

Le projet :

Travail complet de reconstitution des enduits.

Réintégration de l’assiette (ou bol d’Arménie).

Dorure des zones manquantes et finition avec une patine pigments et colle de peau de lapin.

 

Partenariat avec l’Atelier Watier J. | Dorure autel et tabernacle Chapelle Saint Gratien

Partenariat avec l’Atelier Watier J. | Dorure autel et tabernacle Chapelle Saint Gratien

Partenariat avec Atelier Watier J. | Sculpture et Dorure : Façade d’autel et de tabernacle pour la chapelle Saint Gratien

Le projet :

Création et conception du modèle par l’atelier Watier, sculpteur sur bois ornemaniste. Façade d’autel et de tabernacle pour une chapelle à Saint Gratien.  La dorure choisie est celle à la détrempe, jugée plus subtile et plus pérenne, à l’or blanc 9,5 carat et or jaune 22 carats.

La sculpture en chêne est dégraissée puis 12 couches d’apprêts sont posées successivement. Ces couches sont poncées, adoucies et réparées.

Les fonds sont jaunis et assiettés.

En réhydratant l’assiette, la feuille d’or vient se coller sur la surface. J’ai du procéder par étape, tout d’abord j’ai doré le fond or jaune, puis l’arbre doré or blanc.

La difficulté, lorsque j’en étais à l’or blanc, était de ne pas coller la feuille de métal or blanc sur le fond doré jaune.

L’arbre a été bruni et ce choix permet de faire ressortir la profondeur de la pièce.

Les lettres en hébreux ont été traitées de la même manière que l’arbre.

Détail des étapes de travail, de la sculpture à la dorure.

 

Partenariat avec Atelier Watier J. | Sculpture et Dorure : Christ en bois – mobilier liturgique

Partenariat avec Atelier Watier J. | Sculpture et Dorure : Christ en bois – mobilier liturgique

Partenariat avec Atelier Watier J. | Sculpture et Dorure : Christ en bois mobilier contemporain Eglise Saint Christophe de Javel, Paris.

Le projet :

Création et conception de mobilier contemporain amenant innovation, alliant bois / feuille de métal, en pièce unique.

Christ en croix pour l’Eglise Saint Christophe de Javel (Paris XVème) par L’atelier Watier Jérôme, sculpteur sur bois ornemaniste. 

La dorure a été exécuté par mes soins. L’église, classée Monument Historique, la paroisse a souhaité respecter le style du bâtiment et a donc opté pour une sculpture de style art déco.

Le Sculpteur a réalisé un modèle en argile, l’a moulé et à ensuite copier le moule en bois afin d’avoir cet effet de « négatif » du corps du Christ. L’illusion d’optique prend toute sa portée avec tout le travail des enduits et de la dorure.

Le projet étant de dorer à l’or blanc et jaune. Le client a retenu la version d’une dorure à la détrempe dite également « à l’eau ».

La sculpture faisant quasiment 2 mètres de hauteur, le défi a été pour l’Atelier d’Ors et Déjà, d’enduire la totalité, le ponçage, l’adoucissage et la reparure afin de retrouver la sculpture fine de l’artisan.

La pose de l’Assiette (bol d’Arménie) permet d’accueillir la feuille d’or. J’ai tout d’abord doré le centre, le personnage puis les plats. Le brunissage des parties planes accentue l’illusion d’optique crée par le « négatif ».

Chacun de son côté a pu mettre en œuvre son savoir-faire tout en répondant aux contraintes techniques de chaque métier : le traitement brut du bois et de la sculpture prête à accueillir les enduits.

Détail des étapes de travail, de la sculpture à la dorure.

 

Restauration Vierge au serpent

Restauration Vierge au serpent

Restauration Vierge au serpent

Restauration d’une Vierge au Serpent fin XVIIIème, début XIX. Cette statue est sculptée en bois dorée et polychrome. Le travail de restauration est complet du nettoyage au refixage des différentes couches (enduits, dorure et polychromie.).

Nous avons procédé à un dégagement d’un repeint disgracieux sur le socle, laissant apparaitre un faux marbre vert.

Les enduits lacunaires sont reconstitués. Les carnations sont retouchées. La dorure manquante est réintégrée puis patinée afin que les éléments neufs ne fassent plus qu’un avec l’ensemble.